Lecture : Jean 9/4

C’est un appel que Jésus adresse à l’Église et un avertissement à cette génération qui entendra la fin de la phrase : « La nuit noire ».

Dans un fonctionnement de pensée où les repères ont été volontairement enlevés, la porte est ouverte à la nuit de l’occultisme où le prince des esprits mauvais règne en maître absolu par toutes sortes de manifestations anodines, recherchées et programmées par les médias aux heures d’audience (1 Jean 5/19). Porte ouverte aux devins, astrologues, marabouts, sorciers, guérisseurs, mages, aux voyants ou le péché d’abomination selon Deutéronome 18/10-14. Porte ouverte pour constater les dégâts lourds et profonds dans le comportement de nos contemporains. En voici quelques exemples :

• Confusion de langage, le bien appelé mal et inversement.

• Dérèglement :

– du mental : absence d’esprit d’initiative.

– du psychisme : l’âme domine la volonté et annihile le pouvoir de choisir sainement.

– des sentiments affectifs : « dépourvus ou dénaturés » (Romains 1/31).

– de la morale : des mœurs relâchées (Romains 1/28).

D’où : haine, violence, criminalité, guerres, terrorisme… (2 Thessaloniciens 2/9-10). Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang mais, selon Éphésiens 6/12, contre les puissances et les dominations occultes, sataniques, qui ne sortiront qu’au nom de Jésus et par son sang précieux.

Chrétiens, debout ! Répondons à l’appel de Jésus, et à genoux, intercédons au nom de l’Agneau de Dieu, Jésus de Nazareth, et la nuit reculera pour permettre aux proclamateurs de l’Évangile d’annoncer le Christ.

HD