Lecture : Matthieu 26/36-46

Nous sommes dans le jardin de Gethsémané. Jésus voit déjà toute l’horreur que représente pour lui le supplice de la crucifixion. Il a pris avec lui ses disciples les plus intimes : Pierre, Jacques et Jean. Mais, lorsque par trois fois il s’approche d’eux pour chercher une manifestation de soutien, « il les trouve endormis ». Alors, le soupir de son cœur s’élève vers celui qui ne manque pas de manifester ses compassions et son secours : « Mon Père » ! Et, en effet, c’est pleinement fortifié que Jésus peut dire ensuite : « Levons-nous, allons ». Combien est précieuse la communion fraternelle entre chrétiens dans les durs moments de la vie. Elle est même un commandement divin : « Pleurez avec ceux qui pleurent »« Portez les fardeaux les uns des autres »… « 

 

« L’ami aime en tout temps et dans le malheur, il se montre un frère « (Proverbes 17/17).

Mais, si le support dans l’épreuve, au niveau humain, a ses limites, nous voulons rappeler à notre âme :

« Celui qui te garde ne sommeillera point » (Psaume 121/3).

Si nous sommes devenus enfants du Père céleste, nous pouvons compter sur sa fidélité indéfectible dans les temps difficiles et dire comme David : « L’Eternel est le soutien de ma vie, de qui aurais-je peur ? (Psaume 27/1).

Dieu consolait déjà ses fidèles par la bouche d’Esaïe (66/2) en disant :

« Voici sur qui je porterai mes regards : sur celui qui souffre et qui a l’esprit abattu ».

Et, comme le psalmiste, je dirai :

« … je lève les yeux vers les montagnes. D’où me viendra le secours ? Le secours me vient de l’Eternel » (Psaume 121/1-2).

Jean DUPOUY

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

massa Curabitur sed amet, lectus odio felis neque. ut pulvinar mi, dolor.