Texte Biblique :Luc 7/40

Bien que cette parole ait une explication universelle, elle s’adresse d’abord à Simon et répond aux secrètes pensées de son cœur, à des pensées que Jésus a lues, alors que les lèvres de Simon ne les avaient pas formulées.

Pour nous, il en est souvent de même au cours de notre existence. Bien que nous n’ayons peut-être rien dit à Dieu, Dieu, lui, a quelque chose à nous dire. Nous n’avons pas posé de questions au Seigneur et nous obtenons une réponse.

Nos préoccupations les plus intimes, il les connaît ! Si un doute secret m’habite, du genre bien caché, quasiment inconnu de moi-même et me répète à longueur de temps : « Comment croire cela ? Est-ce possible ? » Voici que la puissance divine déconcerte mes objections. Les pierres deviennent du pain, la maladie fait place à la santé, ma nuit est sillonnée par des éclairs qui révèlent l’état de mon cœur !

Dieu a quelque chose à me dire ! C’est par exemple un remords qui n’a jamais pu devenir repentance, tel un ver qui ne meurt pas, un feu qui ne s’éteint pas, une douleur qui persiste, des larmes qui ne stoppent jamais, un chagrin sans consolation. Jésus, le Christ s’approche, me regarde et dit : « Mon enfant, ne crains pas ; j’ai vaincu le monde ! »

Lucien VIVIER

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nullam lectus eget libero Sed consequat. leo Donec venenatis, luctus odio